Formation de Sociétés aux BVI

 

Structure des Sociétés aux BVI

Base juridique – Common law

Cadre juridique – BVI Business Companies Act, 2004 (tel que modifié)

Forme de société – Société commerciale (Société à responsabilité limitée par actions)

Responsabilité – La responsabilité des actionnaires est limitée au montant des actions qu’ils détiennent.

Substance économique  – Une substance économique adéquate est requise pour les entreprises des BVI menant des activités pertinentes conformément à la loi de 2018 sur les substances économiques (sociétés et sociétés en commandite) récemment promulguée.

Les activités pertinentes comprennent:

  • Activité bancaire
  • Entreprise d’assurance
  • Entreprise de gestion de fonds (toute activité nécessitant une licence d’entreprise d’investissement en vertu du Securities and Investment Business Act, 2010)
  • Entreprise de financement et de crédit-bail
  • Entreprise d’expédition
  • Activité de participation pure – qui sera soumise à des exigences de substance réduites
  • Entreprise de propriété intellectuelle – les personnes qui exercent des activités de propriété intellectuelle à haut risque seront soumises à des exigences renforcées en matière de substances
  • Centre de distribution et de services – commerce de biens avec des filiales étrangères ou fourniture de services à des filiales étrangères

La substance économique sera principalement évaluée selon les critères suivants:

  • l’activité concernée est dirigée et gérée aux BVI;
  • un nombre adéquat d’employés dûment qualifiés qui sont physiquement présents aux BVI (qu’ils soient ou non employés par l’entité juridique concernée ou par une autre entité et que ce soit sous contrat temporaire ou à long terme);
  • les dépenses adéquates engagées aux BVI;
  • bureaux ou locaux physiques appropriés aux BVI; et
  • lorsque l’activité concernée est celle de la propriété intellectuelle et nécessite l’utilisation d’un équipement spécifique, l’équipement est situé aux BVI.

Toutes les sociétés commerciales des BVI doivent fournir des informations sur une base annuelle pour permettre à l’administration fiscale internationale des BVI d’évaluer si une entreprise exerce des activités pertinentes et, le cas échéant, si elle répond aux exigences de substance économique.

Les entreprises des BVI concernées constituées le 31 décembre 2018 ou avant cette date auront jusqu’au 30 juin 2019 pour répondre aux exigences en matière de substances.

Un échange automatique d’informations sera effectué avec les autorités compétentes étrangères concernées s’il s’avère qu’une entité ne se conforme pas aux exigences de substance économique ou mène certaines activités de propriété intellectuelle ou prétend être résidente fiscale dans une juridiction en dehors des BVI.

Le non-respect des exigences relatives aux substances peut entraîner une pénalité minimale de 5 000 USD et une amende maximale de 50 000 USD (PI à haut risque) ou 20 000 USD (autres entreprises).

Des pénalités supplémentaires peuvent être appliquées si une entreprise continue de ne pas satisfaire aux exigences en matière de substances, d’un montant minimum de 10000 USD à un montant maximum de 400000 USD (activité de propriété intellectuelle à haut risque) ou 200000 USD (autres activités)

Capital social – Les entreprises des BVI ne sont pas tenues d’indiquer leur capital autorisé et n’ont pas de montant minimum d’actions. Le capital-actions habituellement autorisé est de 50 000 USD et peut être libellé dans n’importe quelle devise. Il n’y a aucune exigence statutaire pour que le capital soit entièrement ou partiellement payé lors de la constitution.

Les entreprises des BVI peuvent choisir d’indiquer uniquement le nombre d’actions à émettre, mais elles n’ont pas à déterminer la valeur monétaire de leur capital. Ainsi, l’entreprise peut émettre ses actions à une «valeur de marché», ou à une valeur qui dépend des exigences de capitalisation de l’entreprise.

Les actions peuvent être rachetables; ne confèrent aucun droit, ou droit préférentiel, aux distributions; conférer des droits spéciaux, limités ou conditionnels, y compris des droits de vote; ne confèrent aucun droit de vote; participer uniquement à certains actifs de l’entreprise; lorsqu’elles sont émises ou converties en une catégorie ou série, elles peuvent être converties en une autre catégorie ou série, de la manière spécifiée dans le mémorandum et les statuts. Les actions peuvent être avec ou sans valeur nominale.

Sous réserve de son mémorandum et de ses statuts, un BC peut émettre des fractions d’actions et des actions au porteur. Les frais gouvernementaux pour les sociétés qui émettent des actions au porteur sont nettement plus élevés et doivent être conservés par un dépositaire agréé ou autorisé.

Actionnaires – Les sociétés commerciales peuvent être constituées par un ou plusieurs actionnaires, qui peuvent être des personnes physiques ou morales, des résidents ou des non-résidents. Les détails des actionnaires ne sont pas rendus publics.

Administrateurs – Il faut au moins un administrateur, qui peut être une personne physique ou une personne morale, résidente ou non résidente. Les coordonnées des administrateurs ne sont pas accessibles au public.

Secrétaire – La nomination d’un secrétaire n’est pas requise.

Adresse enregistrée – Un BC doit avoir une adresse enregistrée dans les îles Vierges britanniques, fournie par un agent enregistré agréé.

Assemblée générale – Les assemblées générales annuelles ne sont pas obligatoires, peuvent être tenues n’importe où et peuvent être organisées par téléphone ou par d’autres moyens électroniques. Les administrateurs et les actionnaires peuvent également voter par procuration.

Signature électronique – autorisée.

Re-domiciliation – Une entité étrangère peut être re-domiciliée en tant que BC BVI, et vice versa.

Conformité – Les entreprises peuvent être tenues de conserver les registres comptables et la documentation sous-jacente pendant une période de 5 ans, mais leur emplacement peut être librement déterminé. Il n’y a aucune obligation de déposer des états financiers, ni de rapport annuel.

 

Chiffres clé des Sociétés aux BVI

Nom officielÎles Vierges britanniques
Nom propreBritish Virgin Islands (en)
ContinentAmériques
Sous-continentAntilles
Population32 944 habitants (2019)
Croissance démographique2,27 % / an
Superficie151 km²
Densité218,17 habitants / km²
PIB1,027 milliards $USD (2017)
PIB/habitant34 246 $USD (2017)
Croissance du PIB3,20 % / an (2017)
Espérance de vie77,37 ans (2017)
Taux de natalité7,46 ‰ (2017)
Indice de fécondité0,86 enfants / femme (2017)
Taux de mortalité4,72 ‰ (2017)
Taux de mortalité infantile20,32 ‰ (2017)
Taux d’alphabétisation100,00 % (2019)
Langues officiellesAnglais
MonnaieDollar des États-Unis ($USD)
IDH0,945 / 1 (2008)
IPEn.c.
Nature de l’ÉtatTerritoire d’outre-mer du Royaume-Uni
Chef de l’ÉtatReine Élisabeth II ; Gouverneur Augustus Jaspert
Fête nationale3 juillet
Codes ISOVG, VGB
GentiléInsulaire des Îles Vierges britanniques, Britannique
Touristes335 000 personnes (2017)

Formation de Sociétés aux BVI

Un paradis pour l’argent sale et les trafiquants

Les îles Vierges britanniques sont un archipel des Antilles et un territoire d’outre-mer du Royaume-Uni. Elles regroupent une cinquantaine d’îles, dont 16 sont habitées. Elles sont situées à l’est des îles Vierges des États-Unis.

 

Formation de Sociétés aux BVI

 

Le territoire est surtout connu pour son accueil de touristes. Les croisières sont l’une des principales formes de tourisme dans l’archipel, avec l’accueil de 700 000 croisiéristes en 2016. L’ouragan Irma a détruit de nombreuses infrastructures en 2017, faisant fortement reculer le tourisme dans le territoire mais aussi toute la région.
Malgré la crise financière mondiale que le monde a connu, qui avait surtout affecté le tourisme de l’archipel, l’un des piliers économiques, la finance a continué à bien se porter malgré tout. Elle a été la première à se remettre à flots, profitant de la panique et de l’empressement des gouvernements du monde à se soucier en priorité du bien-être des grands groupes financiers avant celui des populations. Le territoire abriterait actuellement environ 950 000 « entreprises », contre 447 801 en 2012, selon le gouvernement. La pêche représente également un élément important de l’économie de l’archipel.

 

Formation de Sociétés aux BVI

 

Mais ce coin de paradis n’en est pas un que fiscal : les trafics en tous genres, notamment de drogues, pullulent dans l’archipel. En effet, profitant de la proximité des Îles Vierges des États-Unis et de Porto Rico – qui appartiennent aux États-Unis – premier consommateur de drogues au monde – ainsi que du fait que la plupart des îles ne sont pas habitées, les trafiquants font transiter leurs marchandises plus facilement.
Une menace importante, autant pour la sécurité sur place que dans la région, qui passe petit-à-petit sous le contrôle de groupes violents de type mafieux. Ce qui favorise la corruption et fait reculer les droits humains élémentaires dans ce magnifique territoire.

 

Fiscalité des Sociétés aux BVI

Sommaire

Taux d’imposition des sociétés (%)0
Taux d’imposition sur les gains en capital (%)0
Taux d’imposition de la succursale (%)0
La retenue d’impôt (%)0

 

Impôts sur les revenus et les gains des sociétés

Le BVI Business Companies Act, 2004 (BVI BC Act) est entré en vigueur le 1er janvier 2005. En vertu du BVI BC Act, les sociétés constituées en vertu de la loi sur les sociétés des îles Vierges britanniques (BVI) sont exonérées de tous les impôts prévus par l’ordonnance de l’impôt sur le revenu des BVI . Le BVI BC Act est essentiellement une fusion de l’International Business Companies Act (IBC) Act et du BVI Companies Act, qui contenait un régime régissant toutes les sociétés nationales constituées aux BVI. En outre, le 1er janvier 2007, toutes les sociétés commerciales internationales inscrites au registre des sociétés aux BVI ont été automatiquement réenregistrées en vertu du BVI BC Act et, par conséquent, la loi IBC a été entièrement abrogée.

Toutes les sociétés commerciales (BC) sont légalement exonérées des impôts des BVI. Cependant, ces entreprises doivent payer une redevance annuelle (voir la section C). En général, un BC ne peut pas faire affaire avec des personnes résidant aux BVI ou détenir des intérêts dans des biens immobiliers situés aux BVI à moins qu’il n’obtienne la licence commerciale appropriée du gouvernement BVI. En outre, un pays bénéficiaire ne peut exercer ses activités en tant que banque, société de fiducie, société d’assurance ou société de réassurance sans une licence de la BVI Financial Services Commission.

Taxe sur les salaires

La taxe sur la masse salariale est imposée à chaque employeur et travailleur indépendant qui exerce son activité aux BVI. Les taux d’imposition sont de 10% pour les employeurs de classe 1 et de 14% pour les employeurs de classe 2. La taxe est appliquée à la rémunération payée ou réputée payée, dont 8% peuvent être réclamés et payés par les employés ou employés réputés. Les employeurs de classe 1 sont ceux qui remplissent les conditions suivantes:

  • Paie au cours de l’exercice qui ne dépasse pas 150 000 USD
  • Chiffre d’affaires annuel ne dépassant pas 300000 USD
  • Un total de sept employés ou moins et des employés réputés

Tous les employeurs n’appartenant pas à la catégorie de la classe 1 sont réputés être des employeurs de la classe 2.

La première tranche de 10 000 USD de rémunération effective versée à un salarié, un salarié réputé ou un travailleur indépendant est exonérée d’impôt.

Contrôles des changes. 

Les BVI n’ont pas de réglementation sur le contrôle des changes.

Directive sur la fiscalité de l’épargne de l’Union européenne. 

En raison du statut des BVI en tant que territoire britannique d’outre-mer, il est tenu de se conformer aux exigences de la directive sur la fiscalité de l’épargne de l’Union européenne (UE) (la directive). Les banques et autres agents payeurs des BVI doivent échanger certaines informations concernant les résidents de l’UE.

En vertu de l’ordonnance de 2011 sur l’entraide judiciaire (questions fiscales) (échange automatique d’informations), en vigueur à compter du 1er janvier 2012, l’ancienne option de retenue à la source de 35% en vertu de la directive n’est plus applicable car les BVI sont passées à l’échange automatique d’informations. option au lieu de l’option de retenue à la source en vertu de la directive. Cette ordonnance prévoit que les agents payeurs basés aux BVI ne sont plus soumis à l’option de retenue à la source comme moyen de se conformer à la directive. Au lieu de cela, les institutions BVI doivent divulguer les informations minimales aux BVI Inland Revenue, qui à son tour se conforme à la politique d’échange d’informations en vertu de la directive.

Le 24 mars 2014, l’UE a révisé la directive pour renforcer les règles existantes sur l’échange d’informations sur les revenus de l’épargne. Les principales modifications apportées à la directive sont les suivantes:

  • Une approche de transparence basée sur la «diligence raisonnable envers le client», qui empêche les particuliers de contourner la directive en utilisant une personne morale interposée située dans certains pays tiers
  • Règles renforcées visant à empêcher les particuliers de contourner la directive en utilisant une personne morale interposée située dans un État membre de l’UE
  • Élargissement du champ d’application de la directive pour inclure les produits financiers présentant des caractéristiques similaires aux créances
  • Inclusion des revenus obtenus par l’intermédiaire d’organismes de placement collectif en valeurs mobilières agréés par la directive 85/611 / CEE (OPCVM)

Conventions fiscales

Bien que les conventions de double imposition du Royaume-Uni avec le Japon et la Suisse aient été étendues aux BVI, ces conventions ne sont pas utilisées dans la pratique. Les BVI n’ont conclu aucune autre convention fiscale. Cependant, les BVI ont conclu des accords d’échange de renseignements fiscaux avec le Canada, la Chine, le Japon et les États-Unis et avec 22 pays européens dont la France, l’Allemagne, l’Irlande, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.

Le 28 novembre 2013, les BVI et le Royaume-Uni ont signé un accord intergouvernemental (IGA) afin de permettre l’échange d’informations à des fins fiscales, y compris de manière automatique.

Le 30 juin 2014, les BVI et le Trésor américain ont signé et publié un IGA modèle 1 pour la mise en œuvre du Foreign Account Tax Compliance Act des États-Unis.

Nouvelle taxe proposée

Le gouvernement des BVI a indiqué son intention d’introduire un système national de soins de santé obligatoire. Les propositions initiales indiquaient qu’un tel système pourrait être financé par une taxe de 7,5%, répartie également entre les employés résidents et les employeurs. Il reste à voir si la proposition sera mise en œuvre dans sa forme actuelle.